Parasite – Sélection officielle

♥♥1/2

Toute la famille de Ki-taek est au chômage, et s’intéresse fortement au train de vie de la richissime famille Park. Un jour, leur fils réussit à se faire recommander pour donner des cours particuliers d’anglais chez les Park. C’est le début d’un engrenage incontrôlable, dont personne ne sortira véritablement indemne…

(critique à suivre)

Il traditore – Sélection officielle

♥♥1/2

Au début des années 1980, la guerre entre les parrains de la mafia sicilienne est à son comble. Tommaso Buscetta, membre de Cosa Nostra, fuit son pays pour se cacher au Brésil. Pendant ce temps, en Italie, les règlements de comptes s’enchaînent, et les proches de Buscetta sont assassinés les uns après les autres. Arrêté par la police brésilienne puis extradé, Buscetta, prend une décision qui va changer l’histoire de la mafia : rencontrer le juge Falcone et trahir le serment fait à Cosa Nostra.

Dolor y Gloria – Sélection officielle

♥♥1/2

 

Une série de retrouvailles après plusieurs décennies, certaines en chair et en os, d’autres par le souvenir, dans la vie d’un réalisateur en souffrance. Premières amours, les suivantes, la mère, la mort, des acteurs avec qui il a travaillé, les années 60, les années 80 et le présent. L’impossibilité de séparer création et vie privée. Et le vide, l’insondable vide face à l’incapacité de continuer à tourner.

(critique à suivre)

It Must Be Heaven – Sélection officielle

♥1/2

 

ES fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil, avant de réaliser que son pays d’origine le suit toujours comme une ombre. La promesse d’une vie nouvelle se transforme vite en comédie de l’absurde. Aussi loin qu’il voyage, de Paris à New York, quelque chose lui rappelle sa patrie.
Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir  » chez soi  » ?

(critique à suivre)

Sibyl – Sélection officielle

♥♥♥

 

 

 

Après La Bataille de Solférino sélectionné à l’ACID en 2013, et Victoria qui fit l’ouverture de la Semaine de Critique en 2016, Justine Triet revient à Cannes en compétition officielle avec un troisième portrait de femme.

Romancière reconvertie en psychanalyste depuis dix ans, Sibyl est poussée par le désir d’écrire à nouveau et se résout à quitter la majorité de ses patients. Alors qu’elle fait le vide pour trouver l’inspiration, une jeune actrice en détresse la supplie de la recevoir. En plein tournage, Margot est enceinte de l’acteur principal… qui est en couple avec la réalisatrice du film. Tandis que la jeune femme lui expose son dilemme passionnel, Sibyl, fascinée, se met à l’enregistrer secrètement.

Un casting impressionnant

Le moins que l’on puisse dire est que la talentueuse réalisatrice française gravit une à une les marches de la sélection cannoise et déroule pour son troisième long-métrage un impressionnant tapis de stars. À commencer par l’actrice franco-belge Virginie Efira dont elle avait déjà fait son héroïne dans Victoria et qui, la même année, défendait en compétition officielle Elle de Paul Verhoeven.

Même chose pour Adèle Exarchopoulos (Palme d’Or à Cannes en 2013 pour La Vie d’Adèle) ainsi que Sandra Hüller révélée dans l’hexagone dans Toni Erdmann de Maren Ade. Sans oublier Laure Calamy dont l’enthousiaste french cancan lors de la montée des marches de Rester Vertical ne passa guère inaperçu en 2016, et qui était à l’affiche l’année dernière de Nos Batailles de Guillaume Senez.

Enfin côté masculin, notons que Niels Schneider (juré de la Semaine de la Critique en 2017) retrouve Virginie Efira à qui il avait donné la réplique dans Un Amour Impossible, ainsi que la présence de l’un des chouchous du public français, Gaspar Ulliel, qui, d’un monde à l’autre, (Juste la fin du Monde de Xavier Dolan en 2016 et Les Confins du Monde présenté l’année dernière à la Quinzaine des Réalisateurs) démontre toujours son infaillible justesse.

Présenté comme une « dramédie », Justine Triet s’est associé à Arthur Harari (auteur et réalisateur de Diamant Noir) pour écrire le scénario de Sibyl.

Produit par Les Films Pelleas et Scope Pictures, Sibyl sera distribué en Belgique par Telescope Film Distribution et y sortira en salles le 29 mai.

Christie Huysmans

© photos: Le Pacte, Cédric Sartore, Les Films Pelléas