Berlinale, clap 69e!

C’est de tradition chaque année en février: la Berlinale ouvre le bal des 3 grands festivals européens pour faire découvrir aux journalistes et au public une programmation variée et ouverte sur le monde dans les différentes sections du festival.

Ce jeudi 7 février, c’est le dernier film de Lone Scherfig, The Kindness of Strangers, qui a eu l’honneur d’ouvrir le bal. La réalisatrice danoise (Italian for Beginners, The Riot Club, Their Finest) se retrouve également au programme de la Compétiton officielle avec ce film qui s’inscrit bien dans la lignée de sa filmographie composée de personnages attachants.

The Kindness of Strangers (♥ 1/2) évoque les destins croisés de plusieurs personnages qui se retrouvent en plein New York tout en devant composer avec leurs fêlures respectives: une jeune mère de famille fuyant un mari violent, une infirmière conseillère dans un groupe de thérapie qui s’interroge sur sa place au sein de son univers professionnel ou encore un jeune homme plutôt paumé et incapable de garder le moindre boulot… Ils pourraient tous ne constituer que des énièmes laissés-pour-compte dans une mégapole américaine où l’indifférence semble être la règle, mais Lone Scherfig prend à contre-pied ce qui pourrait paraître une évidence pour nous proposer un récit empreint d’humanité et d’espoir en son prochain, ainsi que de fréquentes touches d’humour bienvenues.

Zoe Kazan & Tahar Rahim

Certes, ce long-métrage empreint de très (trop?) bons sentiments ne sera pas le plus original de la 69e Berlinale et aurait très certainement été davantage à sa place hors compétition. Certains lui reprocheront également une certaine naïveté de ton, mais il faut lui reconnaître une belle générosité dans son propos, ainsi que la qualité de son casting cosmopolite (Tahar Rahim, Zoe Kazan, Bill Nighy…).

Tahar Rahim & Bill Nighy

Olivier Clinckart

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *