Mostra 2018 – Le palmarès

Pour rappel et en bref, voici le palmarès de la 75e Mostra. Un palmarès mi-figue mi-raisin, avec des évidences, telles que les prix d’interprétation masculine et féminine attribués à Willem Dafoe et Olivia Colman; et des récompenses logiques telles que celles attibuées à Yorgos Lanthimos pour The Favourite et à Jacques Audiard pour The Sisters Brothers. Le Lion d’Or, Roma (que nous n’avons malheureusement pas vu), était lui aussi cité parmi les favoris.

On sera toutefois beaucoup plus perplexe concernant le Prix du meilleur scénario décerné au frères Coen pour The Ballad of Buster Scruggs, film certes sympathique mais très inégal avec sa découpe en 6 sketches de qualité variable.

Et nous regretterons enfin profondément l’absence totale du palmarès du superbe Werk ohne Autor/Never Look Away, qui ne méritait pas de se retrouver aussi superbement ignoré par le jury présidé par Guillermo Del Toro. Sans doute est-ce là un exemple parfait de la fracture fréquente entre le public d’une part et les professionnels d’autre part. Il est en effet intéressant de noter que, dans le magazine quotidien qui paraît à Venise pendant la Mostra, un panel de spectateurs choisis pour coter la Compétition officielle attribuait, sur un maximum possible de 5 étoiles, la note de… 4,7 à Werk ohne Autor, de très loin la meilleure cotation sur les 21 films en compétition! Dommage, donc, que dans ce cas-ci, public et professionnels n’aient pas été sur la même longueur d’ondes!

Lion d’Or du meilleur film : Roma d’Alfonso Cuaron
Lion d’Argent Grand Prix du jury : The Favourite de Yorgos Lanthimos
Lion d’Argent de la meilleure mise en scène : Jacques Audiard pour The Sisters Brothers
Prix du meilleur scénario : Joel et Ethan Coen pour The Ballad of Buster Scruggs
Prix spécial du jury : The Nightingale de Jennifer Kent
Coupe Volpi de la meilleure interprète féminine : Olivia Colman dans The Favourite
Coupe Volpi du meilleur interprète masculin : Willem Dafoe dans At Eternity’s Gate
Prix Marcello-Mastroianni du meilleur espoir : Baykali Ganambarr dans The Nightingale

Olivier Clinckart

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *