Un Drama heureux pour la Belgique

Les verdicts sont tombés au Short Film Festival de Drama en Grèce, où la Belgique comptait 2 courts-métrages parmi la bonne soixantaine de films en provenance des 4 coins du monde projetés en compétition internationale. Et Laurent Michelet, réalisateur de Fugazi, a eu l’excellente idée de faire le voyage jusqu’à cette petite ville du nord de la Grèce: en effet, le jury international a décidé de lui attribuer le Prix de la meilleure production.

Un choix pleinement justifié, tant Fugazi, récit futuriste se déroulant dans une société ultra-sécurisée et surveillé depuis une station orbitale, fait preuve d’une maîtrise technique impressionnante. Cette coproduction franco-belge (Cookies Films pour la Belgique, Les Films du Cygne pour la France) se voit donc fort logiquement récompensée, en même temps que son réalisateur qui décrivait il y a quelque mois le récit comme « une réflexion humaniste sur l’utilisation de plus en plus importante des drones dans notre monde actuel et sur la privatisation des services militaires et policiers. »

Voici le palmarès complet de la compétition internationale, dans l’ordre de la remise des prix:

-Mention spéciale à l’acteur Peder Holm pour son interprétation dans Odd man job (Danemark)

-Mention spéciale à Michael Hapeshis, réalisateur de The insignificant life of Helen Pavli (Chypre)

-Mention spéciale à Gabriel Abrantes, réalisateur du film A brief history of Princess X (Portugal/France/Royaume-Uni)

-Prix TV5 Monde pour la meilleure production: Fugazi de Laurent Michelet (Belgique/France)

-Prix de la meilleure animation: The shadow over Prague, de Marek Berger (Belarus/USA/Germany)

-Meilleur film du sud et de l’est de l’Europe: Dam, de Yorgos Teltzidis (Grèce)

-Prix EFA Drama: The Circle, de Ruken Tekes (Turquie)

-2e Prix: Genaro, de Andres Porras et Jesus Reyes (Colombie)

-Grand Prix: Imago, de Raymund Ribay Gutierrez (Philippines)

Un Jury Fipresci, composé de 3 membres de cette association, élisait également son meilleur court-métrage de la Compétition internationale. Le Prix est allé à A brief history of Princess X, de Gabriel Abrantes (Portugal/France/Royaume-Uni).

Un palmarès globalement justifié, même si l’on peut regretter l’absence de l’un ou l’autre titre parmi les lauréats. Ainsi, Le scénariste, de François Paquay, aurait sans nul doute mérité de ne pas repartir bredouille, tant pour l’excellent accueil que lui a réservé le public que pour sa dose réjouissante d’humour surréaliste à la belge qui apportait une belle bouffée d’oxygène à une programmation à la thématique d’ensemble fort sombre, représentative sans doute des temps troublés de notre époque actuelle.

Parmi les films d’animation, le jury est resté insensible au charme se dégageant de In exile, production moldave racontant l’histoire d’un petit garçon dont les parents travaillent à l’étranger et qui, pour tromper sa solitude, fait l’école buissonnière et s’invente un univers lui permettant de laisser vagabonder son imagination.

Into the blue, coproduction croato-slovène, ne manquait pas d’intérêt, avec un récit sur les premières amours adolescentes certes assez classique, mais bénéficiant d’une solide interprétation des jeunes acteurs et d’une excellente photographie.

Mais tout jury doit faire des choix et l’embarras du choix, justement, ne manquait pas dans cette riche programmation d’une soixantaine de films.

Le Festival du court-métrage de Drama en était cette année à sa 40e édition pour ce qui est de la Compétition nationale et à sa 23e édition de la Compétition internationale. Un rendez-vous important et parmi les plus renommés de cette région de l’Europe.

Olivier Clinckart

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *