Capharnaüm – Sélection officielle

Au coeur du chaos

♥♥♥

À l’intérieur d’un tribunal, Zain, un garçon de 12 ans est présenté devant le juge. Emprisonné pour avoir poignardé un homme, il a décidé d’attaquer ses parents en justice.

Emotion au programme avec le nouveau film de Nadine Labaki. Capharnaüm a en effet bouleversé bon nombre de spectateurs, tant la cinéaste libanaise a su représenter avec force certaines réalités de son pays et plus précisément le quotidien de Beyrouth, une ville longtemps déchirée par la guerre et où le chaos et la corruption ont toujours droit de cité.

Presque à la manière d’un reportage, la caméra suit le jeune Zain, en lutte avec ses parents irresponsables qui, pour survivre, n’ont pas hésité à promettre sa jeune soeur préférée de 11 ans à un adulte nanti. Le drame qui va en découler poussera le jeune garçon à fuir le domicile parental et à s’occuper du bébé d’une réfugiée.

Nadine Labaki brasse donc plusieurs thèmes, de la misère à la condition féminine souvent mise à mal dans son pays, en passant par les moeurs déphasées d’une partie de la société libanaise. Tout cela pourrait donner une impression de scénario surchargé, mais il n’en est rien, grâce à l’énergie folle qui se dégage du film, mais aussi -et encore plus- grâce à l’interprétation époustouflante de son jeune acteur, Zain Alrafeea, d’une incroyable maturité pour son âge. Il porte véritablement le récit sur ses frêles épaules, à tel point que certains le verraient bien repartir avec le Prix d’interprétation masculine. Mais le tour de force de la réalisatrice ne s’arrête pas là: elle parvient également à mettre en scène de façon remarquable le bébé dont Zain doit s’occuper, parvenant à capter avec sa caméra et avec un réalisme stupéfiant la moindre expression du bambin, donnant ainsi à son film une intensité rare.

Olivier Clinckart