Sibyl – Sélection officielle

♥♥♥

 

 

 

Après La Bataille de Solférino sélectionné à l’ACID en 2013, et Victoria qui fit l’ouverture de la Semaine de Critique en 2016, Justine Triet revient à Cannes en compétition officielle avec un troisième portrait de femme.

Romancière reconvertie en psychanalyste depuis dix ans, Sibyl est poussée par le désir d’écrire à nouveau et se résout à quitter la majorité de ses patients. Alors qu’elle fait le vide pour trouver l’inspiration, une jeune actrice en détresse la supplie de la recevoir. En plein tournage, Margot est enceinte de l’acteur principal… qui est en couple avec la réalisatrice du film. Tandis que la jeune femme lui expose son dilemme passionnel, Sibyl, fascinée, se met à l’enregistrer secrètement.

Un casting impressionnant

Le moins que l’on puisse dire est que la talentueuse réalisatrice française gravit une à une les marches de la sélection cannoise et déroule pour son troisième long-métrage un impressionnant tapis de stars. À commencer par l’actrice franco-belge Virginie Efira dont elle avait déjà fait son héroïne dans Victoria et qui, la même année, défendait en compétition officielle Elle de Paul Verhoeven.

Même chose pour Adèle Exarchopoulos (Palme d’Or à Cannes en 2013 pour La Vie d’Adèle) ainsi que Sandra Hüller révélée dans l’hexagone dans Toni Erdmann de Maren Ade. Sans oublier Laure Calamy dont l’enthousiaste french cancan lors de la montée des marches de Rester Vertical ne passa guère inaperçu en 2016, et qui était à l’affiche l’année dernière de Nos Batailles de Guillaume Senez.

Enfin côté masculin, notons que Niels Schneider (juré de la Semaine de la Critique en 2017) retrouve Virginie Efira à qui il avait donné la réplique dans Un Amour Impossible, ainsi que la présence de l’un des chouchous du public français, Gaspar Ulliel, qui, d’un monde à l’autre, (Juste la fin du Monde de Xavier Dolan en 2016 et Les Confins du Monde présenté l’année dernière à la Quinzaine des Réalisateurs) démontre toujours son infaillible justesse.

Présenté comme une « dramédie », Justine Triet s’est associé à Arthur Harari (auteur et réalisateur de Diamant Noir) pour écrire le scénario de Sibyl.

Produit par Les Films Pelleas et Scope Pictures, Sibyl sera distribué en Belgique par Telescope Film Distribution et y sortira en salles le 29 mai.

Christie Huysmans

© photos: Le Pacte, Cédric Sartore, Les Films Pelléas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Continuer – Mostra 2018 – Giornate degli Autori

Lafosse continue de surprendre

♥♥

Sybille, mère divorcée, ne supporte plus de voir Samuel, son fils adolescent, sombrer dans une vie violente et vide de sens. Elle va tenter le tout pour le tout en l’entrainant dans un long périple à travers le Kirghizistan, avec deux chevaux pour seuls compagnons.

Deux ans après l’excellent L’économie du couple, le nouveau film de Joachim Lafosse -une adaptation du roman de Laurent Mauvignier- est pour le moins inattendu: très contemplatif et presque apaisé, même s’il décrit une relation mère-fils houleuse mais en quête de stabilisation. Et ce, tout au long d’un parcours durant lequel ils devront faire face non seulement à un environnement pouvant se montrer hostile mais aussi et peut-être surtout à eux-mêmes.

Pour incarner ce duo familial, Kacey Mottet Klein donne la réplique à une Virginie Efira dont on peut affirmer que le registre dramatique lui sied bien mieux que les nombreuses comédies qui ont pourtant fait sa renommée.

Présentée à la 75e Mostra de Venise dans la section Giornate degli Autori (à  peu près l’équivalent de la Quinzaine des Réalisateurs cannoise), cette coproduction franco-belge Versus Production et Les Films du Worso n’est sans doute pas le meilleur film de Joachim Lafosse. Mais il démontre en tout cas la capacité de son réalisateur à se renouveler et explorer de nouveaux horizons. Et ceux qu’il montre dans Continuer sont assurément grandioses!

Olivier Clinckart