A Star is Born – Mostra 2018 – Hors Compétition

Un réalisateur est né

♥♥♥

On ne présente plus le beau Bradley Cooper, excellent acteur qui ne brille pas uniquement par son physique avantageux. Il passe pour la première fois derrière la caméra -tout en assumant également le rôle principal- en se lançant à son tour dans l’adaptation de A Star is Born. Un grand classique du cinéma, puisque qu’il compte désormais 4 versions, dont celle de William A. Wellman, sortie en 1937, avec Janet Gaynor et Fredric March, une deuxième de George Cukor, en 1957, avec Judy Garland et James Mason et une troisième de Frank Pierson, en 1976, avec Barbra Streisand et Kris Kristofferson.

Projet ambitieux donc, mais tout aussi périlleux, que de tourner un premier long-métrage d’une telle ampleur. Mais Bradley Cooper n’a visiblement rien laissé au hasard et nous propose un spectacle qui parvient toujours à rester sobre, alors qu’il aurait facilement pu tomber dans le démesure mais aussi dans un certain mélo. Evitant brillamment ces deux écueils, Cooper a également fait preuve d’un fameux flair en offrant son premier rôle à Lady Gaga. Alors que la chanteuse est connue pour ses tenues et maquillages excentriques, l’actrice, elle, est épatante de sobriété et constitue dès lors une belle révélation.

Elle incarne Ally, une chanteuse prometteuse mais qui doute de son talent. Un jour, sa route croise par hasard celle de Jackson Maine (Bradley Cooper), chanteur de country alcoolique dont la carrière est sur le déclin.  Subjugué par le charme et le talent de la jeune femme, il la propulse sur le devant de la scène et fait d’elle une star adulée. S’il ne faut pas nécessairement tracer un parallèle entre le personnage d’Ally et celle qui lui prête ses traits, on ne peut évidemment s’empêcher de voir dans cette nouvelle mouture de A Star is Born une description assez pertinente du monde du showbiz, avec sa part de rêve mais aussi ses nombreux artifices.

La foule des grands soirs était massée devant le tapis rouge de la Mostra pour assister à l’arrivée des deux stars, qui se sont d’ailleurs volontiers prêtées au jeu des selfies et des autographes. Seul regret: A Star is Born, projeté Hors Compétition, n’aurait certainement pas fait tache parmi les films en lice pour les récompenses finales.

Olivier Clinckart