What You Gonna Do When the World’s on Fire?

Black power

♥ 1/2

Avec ce docu-fiction en compétition à la 75e Mostra de Venise, le réalisateur italien Roberto Minervini aborde l’épineuse question des politiques discriminatoires aux États-Unis, prenant pour point de départ l’assassinat, en 2016, d’un vendeur à la sauvette afro-américain, abattu à bout portant par deux policiers blancs.

What You Gonna Do When The World’s On Fire ? retrace donc les événements tragiques, les émeutes et les réunions politiques clandestines de l’été 2017, pour offrir une réflexion pertinente sur la question raciale, toujours d’actualité au pays de l’Oncle Sam, et livrer en filigrane un portait intime de tous ceux qui luttent pour davantage de justice et de dignité.

Si l’intention du réalisateur est donc des plus louables, son documentaire souffre par contre d’une longueur excessive; un mal souvent répandu dans les grands festivals européens parmi les films en compétition, dont on se dit qu’avec 20 ou 30 minutes de moins, le résultat aurait été nettement plus percutant. De fait, une certaine répétitivité s’installe dans le dernier tiers du récit.

Parallèlement, par son côté très démonstratif, What You Gonna Do When The World’s On Fire ? en devient presque contre-productif par rapport au combat louable qu’il cherche à mettre en évidence. Son mérite principal réside donc essentiellement dans le fait de pointer du doigt des réalités sociétales très problématiques qui ont la vie dure aux Etats-Unis.

 

Olivier Clinckart