Gloria Mundi – Mostra 2019 – Compétition officielle

 ♥1/2

Daniel sort de prison où il était incarcéré depuis de longues années et retourne à Marseille. Sylvie, son ex-femme, l’a prévenu qu’il était grand-père : leur fille Mathilda vient de donner naissance à une petite Gloria.
Le temps a passé, chacun a fait ou refait sa vie…
En venant à la rencontre du bébé, Daniel découvre une famille recomposée qui lutte par tous les moyens pour rester debout. Quand un coup du sort fait voler en éclat ce fragile équilibre, Daniel, qui n’a plus rien à perdre, va tout tenter pour les aider.

Robert Guédiguian propose une chronique familiale qui s’inscrit pleinement dans la dure réalité sociale d’aujourd’hui, toput en refusant de céder à la fatalité. Entouré de ses fidèles (dont, évidemment, son épouse Ariane Ascaride), le réalisateur développe un mélodrame dense, celui d’un microcosme symbolisant une humanité blessée. L’intention est, certes, très louable, et pourtant la mise en scène ne parvient que par à coups à nous passionner pour les évolutions des différents protagonistes engagés dans cette tragédie grecque aux accents marseillais.

Olivier Clinckart